La veillée attise la flamme du souvenir
2019-04-27 - «Il faudra que je me souvienne plus tard de ces horribles temps.» La voix enregistrée résonne comme une prophétie. Il est 21h30, samedi. Ils sont une vingtaine face au monument de la déportation à côté de la gare d’Angoulême. Une poignée à écouter ces poèmes écrits par les prisonnières du camp de Ravensbrück, en Allemagne. Un petit groupe, flambeau en main, pour faire que jamais la flamme de la mémoire ne vacille.

Comments (0)

  • Pas de commentaire.

Add Comment










Comment:

    Rewrite the 5 digit code:
   

Remember me!

facebook icon twitter icon YaHoO Buzz icon Myspace icon Blogger icon